Bonhomie, le nouveau spot méditerranéen à faire

Paris 10 (comme souvent), vient d’éclore un restaurant au concept bien dans l’air du temps : une ouverture du petit déjeuner jusqu’à tard le soir, de grandes tables à partager avec des inconnus et une carte de cocktails savante pour ce lieu ouvert par Timothée Prangé, connu justement pour les bars Lulu White et Little Red Door.

Pour cette première visite chez Bonhomie, on se contentera de la cuisine du chef espagnol Nicolas Pla Gomez (ancien du Frenchie et de chez Gordon Ramsay) dans cette grande salle très lumineuse et chaleureuse avec ses bois clairs. Une cuisine dite « néo-méditerranéenne » parce qu’inspirée autant de l’Espagne que du Liban ou de l’Italie.

La carte est construite de manière assez étonnante : trois menus (Red, Blue ou Green) en quatre temps (sans dessert). Le premier avec viande, le second avec poisson et le troisième végétarien, chacun commençant par ce même tartare de betterave chatoyant et bien relevé : acide, croquant grâce aux pignons, une mise-en-bouche idéale.

La soupe de courge suit, relevée d’un peu de ras el-hanout et de pétales de rose. C’est bien fait, crémeux, égayé par tous ces toppings ludiques, même si ça ne restera pas comme le temps fort du repas.

Les papilles s’excitent plus avec deux très jolis plats : artichauts, endivettes, noisettes du Piémont d’un côté et un risotto, brocoli, anguille fumée boosté par quelques pépites de citron confit. On se quitte sur la gourmandise diabolique juste au-dessus de ces lignes. Pizza fritta, jambon corse, huile de truffe et fromage stracchino. On se dit d’abord que le parfum d’huile de truffe, un peu corsé, aurait pu être plus en retenu et naturel, mais c’est gras, c’est salé, c’est réconfortant, alors on engloutit le tout la bave aux lèvres. No shame.

Menu quatre plats à 25 euros, café compris, + 3 euros pour le dessert.
22 rue d’Enghien, Paris 10.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *