Bulliz, la cantoche des choux

Une cantine à choux… Quand j’ai appris l’ouverture de Bulliz il y a un an je n’avais pas envie d’y aller, vraiment pas. Les choux avaient déjà largement envahi la capitale et j’étais entré dans une longue phase de lassitude à leur égard, de dédain, pourrais-je presque ajouter. Alors je n’y ai pas ai été. Puis j’ai entendu quelques bons échos récemment, je suis passé devant par hasard, il était à peu près l’heure du dej’ alors je me suis lancé. Et finalement je n’ai pas regretté.

L’originalité du concept, c’est que le chou est aussi envisagé en salé (et pas que sous forme de banale gougère). Il remplace le pain des sandwichs. Ici vous avez affaire au El Muchachou (oui on ne lole pas à moitié chez Bulliz) avec du lomo, du chorizo, du cream cheese, des éclats de noisette, du coulis de tomate, un mesclun avec une vinaigrette au miel et des chips d’ail. Ca fait un peu peur à la lecture tant y en a, mais c’est en fait très bon, les éclats de noisette apportent beaucoup. Je ne suis pas sûr de comprendre la double charcuterie, mais peu importe. C’est salé, moelleux, croustillant, légèrement acide, un tout petit sucré, croquant, etc.

En dessert, j’ai pris ce petit chou framboise wasabi particulièrement mignon. Miraculeusement, on sent plus le parfum du wasabi que sa puissance et le mariage fonctionne très bien. Notons qu’il y a un Champion de France du dessert derrière tout ça, Mathieu Mandard, ce qui explique tout puisqu’il fait aussi de l’excellent chez Les Artizans, je vous en avais déjà parlé ici.

Il y a une formule déjeuner à 9 euros avantageuse dont je n’ai pas profité, avec un sandwich et deux petits choux.
14 rue d’Hauteville, Paris 10.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *