Café Lai Tcha, la nouvelle bonne idée d’Adeline Grattard

L’une de nos plus talentueuses chefs de la région semble aussi être l’une des plus discrètes. Pourtant sans faire de vagues, Adeline Grattard en est à sa 3e affaire, après son étoilé Yam’Tcha et sa boutique. Derrière le nom un peu trompeur – Café Lai Tcha est un genre de traiteur, il y a là un lieu moderne en longueur, avec tout de même une belle salle pour s’asseoir.

J’ai pris à emporter, du coup je me suis évidemment pris un petit quelque chose pour la route ! Ici un chausson au cheddar et aux pommes de terre (avec un peu d’épices aussi) qui dénote un peu dans la cuisine entre Chine et France de la chef. C’est qu’ici les influences s’élargissent, de l’Asie du Sud est à l’Océan Indien. C’est tout moelleux, on dirait un petit pain savoureux.

Une petite salade malicieuse, fèves, sarrasin, cumin et citron. L’assaisonnement est plutôt délicat, c’est acidulé, parfumé, mais très doux. Plutôt bon, sans être renversant.

Alors que ça ça défonce carrément, tofu farci au porc et aux crevettes (avec une goutte sur ma main, la classe). C’est très moelleux mais avec un bon goût de grillé, une farce puissante, un côté légèrement laqué de sauce soja. Franchement, ça ralliera des gens à la cause tofu, je le parie !

Passion travers de porc, ceux-ci sont absolument redoutables, légèrement relevés mais pas trop, peu sucrés, avec un peu de sésame grillé, une viande infiniment tendre qui se détache sans mal. Quel délice. En dessous, on aperçoit les boulettes de lieu au curry rouge. C’est tout de suite plus relevé, grillé, mais pas sec (par je ne sais quel miracle). On arrive même à sentir le poisson. De la bombe.

Encore une viande magnifique, du boeuf Black Angus au basilic thaï. J’adore la caramélisation de la viande, son fondant, le dosage d’épices parfait, l’assaisonnement équilibré, le parfum du basilic thaï bien présent.

On termine sur une excellente petite tartelette citron, gingembre et sésame; Le citron domine, bien sûr, le gingembre donne un petit piquant en fin de bouche et le sésame un goût presque terreux à la pâte. Une très bonne petite tarte, si je chipotais je dirais que le rapport crème/biscuit est peut-être légèrement déséquilibré. C’est du moins ce que j’ai pensé en la regardant, mais ça ne m’a pas vraiment gêné à la dégustation.

Et côté prix ? Puisque certains semblent reprocher cela à l’endroit. Est-ce cher ? Si l’on compare au traiteur chinois du quartier, bien sûr. Je pense que c’est la présentation « traiteur » du comptoir qui fait espérer moins cher aux gens. Mais la qualité des produits et de la cuisine valent bien ces prix-là. Le tofu est à 4,10e les 100 grammes, le Black Angus, le plus cher, à 6e80 les 100 grammes. La petite bouchée patate/cheddar est à deux euros, plutôt généreuse. Moi je conseille fortement d’aller y faire un tour.

7, rue du Jour, Paris 1.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *