Chez Joia, Hélène Darroze mise sur le partage et le réconfort

C’est l’ouverture dont tout le monde parle, la médiatique et étoilée Hélène Darroze lance une nouvelle affaire, Joia, rue des Jeuneurs (la rue la plus branchée du Sentier, Salatim et Mr Zhao n’étant que deux des nombreuses adresse présentes), avec un bar et un resto. Ca vaut quoi ?

Le lieu a du charme, lumineux, avec un petit côté auberge chic (et un petit coin avec une table sous véranda qui a l’air idyllique), les équipes sont dynamiques. La carte se divise en deux, avec un semainier très bistro et très avantageux (entrée, plat et dessert à 29 euros) et une autre carte qui grimpe, logique. Tant pis pour mon portefeuille, j’évite le semainier. Il y a des petites choses à partager et une carte plus classique, que l’on nous conseille aussi de partager. J’évite les entrées parce que je me lâche en plat, on partage avec un pote les ribs de boeuf Angus. Ils sont censés être accompagnés de ranchero (une sauce pimentée), mais je ne l’ai pas vue, à moins que ce soit un « rub » sur les ribs, mais dans ce cas c’était discret. La viande est grillotée, parfumée, grasse, délicieuse. Il faut aimer le gras, normal pour des ribs, moi j’aime bien ça alors on se régale.

En accompagnement des patates qui ont une touche affolante. Ca a du être grillé dans une graisse de canard (ça conviendrait bien à l’esprit sud-ouest du lieu) tant c’est croustillant. Il y a une patate moins cuite au milieu mais bon, elles sont tout de même délicieuses. J’aurais bien aimé que le romarin et le fromage de brebis parsemés dessus soient un peu plus puissant, mais dur de résister à ce genre de choses de croustillance malgré tout.

Je ne pouvais pas passer à côté, on ne voit que lui sur Instagram, le millecrêpes au matcha. Il est moelleux, terriblement gourmand, pas très sucré. Il est très discret en matcha ceci dit, ce qui me convient parfaitement, mais mérite d’être souligné pour les fans de thé vert. Le petit crémeux au yuzu à côté est délicieux.

Notre serveuse ayant été un peu hésitante par instants, on nous offre cette jolie pavlova aux fruits rouges avec une chantilly à la citronnelle. Cette dernière pourrait être plus prononcée, mais la meringue est légère, la chantilly délicieuse et les fruits rouges, alors en toute fin de saison, vraiment parfumés.

Une première fois convaincante donc, tout en gourmandise. Viande à 32 euros (par personne), patates à 8, desserts entre 8 et 12.

39 rue des Jeuneurs, Paris 2.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *