Coup de coeur pour la nouvelle table coréenne Seoul Mama

Cette ouverture, je l’avais repérée depuis un moment. A la tête de Seoul Mama, la Coréenne Sangmi Lee et son époux Manoj Sharma, que je connais parce qu’il est le chef indien le plus brillant de la capitale. Il était à la tête de MG Road et Desi Road et il est toujours chef du Shirvan Café Matisse tenu par Akrame. Leur carte de classiques coréens rajeunis ne pouvait que m’enchanter.

Et les entrées sont un véritable festival. On commence par les croquettes de kimchi fabuleusement croustillantes et joliment relevées, nappées de cette sauce sucrée et sirupeuse addictive qui rappelle la street-food japonaise.

Carton plein pour ce KFC, Korean Fried Chicken légèrement collant, bien relevé et surtout très poussé en ail, j’adore ça (je vais pas au resto pour pécho), coiffé de petits pickles qui rafraichissent le tout. Le poulet frit coréen c’est toujours dément.

Peut–être la moins fabuleuse des entrées, de jolies petits raviolis aux légumes. Ils sont bons, il ne faut pas se tromper, mais ils pourraient être un peu plus parfumés.

Elle ne payait pas de mine, cette salade poulpe, pourtant son assaisonnement acidulé et incroyablement frais en fait un très beau moment. Avec quelques petits quartiers de pamplemousse frais, c’est parfait.

La carte est courte, en plat c’est dupbap (proche du bibimbap, non bouillant) ou curry. J’ai pris le dupbap au porc épicé, tout est impeccablement assaisonné. Et surtout ce porc est un pur orgasme pour moi, épicé, sucré, salé, gras, savoureux. Il me rappelle ce que je prenais chez Pic/Nic, en un peu moins gras; Quel régal.

La toute petite carte des desserts s’en sort très bien aussi. Au premier plan, mon gâteau de patate douce presque mousseux, vraiment délicieux et assez étonnant. Au fond, les mochis glacés… que mes camarades du jour ont entièrement bouffé sans que je puisse lever ma cuillère. Il faudra que je revienne, j’adore les mochis.

Une belle découverte que ce Seoul Mama, qui déborde d’âme (Seoul, soul, âme, vous l’avez ?). Tout est parfumé, simple, direct, mais délicat, nuancé. C’est un peu plus cher que votre coréen classique, mais tellement meilleur. Entrées entre 8,50 et 11 euros, plats 17/18 euros et desserts entre 5 et 7 euros.

33 rue Violet, Paris 15.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *