De vraies pâtes carbonara chez Ida

Ida c’est la première table de Denny Imbroisi, chef médiatique qui défend ses couleurs italiennes à Paris depuis de longues années, passé par Top Chef. On dit que ses carbonara sont un monument, je me réjouissais donc d’aller lui rendre visite.

Générosité italienne oblige, on commence par des petits amuse bouche, dont on retient ces larges tranches de focaccia parfaitement moelleuse (avec croûte crispy) à tremper dans une huile d’olive pleine de caractère. Avec ma camarade du jour, on aime tellement ça qu’on aurait pu s’en contenter pour tout le repas.

Mon entrée, de la seiche parfaitement cuite (la dent rentre dedans sans mal), assaisonnée par un riche espuma de pecorino, bien enveloppant, quelques petits brocolis, de la betterave, etc. Seiche et fromage, ça marche bien, une entrée simple, gourmande.

Les carbo, elles donnent envie dans leur cassolette brûlante. Comme tout le monde le sait, pas de crème dans les carbo, ce qui n’empêche pas le résultat d’être bien crémeux avec le fromage fondant et le jaune d’oeuf. J’adore la guanciale, charcuterie bien grasse. C’est bon, ceci dit à la moitié du plat je commence à trouver cela un peu salé, moi qui essaye de me déshabituer du sel.

Le dessert du jour, un genre de tarte reconstituée avec de jolis tronçons de rhubarbe pas trop cuite et une glace à la pistache. Simple, classique, plutôt bien exécuté, ça conclut le repas sur une bonne note fruitée.

A noter, il y a beau menu du jour à 34 euros, entrée, pâtes et dessert. Les pâtes seules tournent à 20 euros, et il faut apparemment aussi goûter l’uovo in raviolo, ravioli garni d’un oeuf coulant, ça doit envoyer du foodporn instagrammable.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *