Découverte de La Scène de Stéphanie le Quellec

Je suis à un niveau de retard exponentiel sur mon blog, parce que j’ai eu la flemme pendant les fêtes et que depuis un nouveau projet m’accapare. M’enfin les souvenirs de ce que je mange n’expirent pas et j’oublie rarement. D’autant que j’ai eu en novembre l’occasion de goûter pour la première fois la cuisine de Stéphanie Le Quellec dans son nouveau restaurant la Scène. J’aime bien le look de l’endroit, bar au rdc, gastro au sous-sol esprit bateau, de jolis tons verts, la cuisine jaune au fond, un vrai parti pris.

Passons au coeur du sujet, la bouffe ! Après la très chouette tarte de foie gras, on commence par saint-jacques et truffes, beaux produits avant tout. Belle caramélisation de la noix, beurre blanc truffé impeccablement soyeux, c’est tout à fait classique, mais vraiment gourmand et réjouissant.

Petit tartare de saint-jacques et huître, en fraîcheur, avec un petit côté rince palais agréable.

Saint-pierre, eau de bigaradier et céleri. L’exécution est élégante, pour moi cela manque un peu de peps.

Le ris de veau, j’adore ça. Je le préfère un peu plus croûté, mais ici j’aime beaucoup le laquage à la harissa. Le jus est chouette, le chou-fleur vient en support et éponge la sauce.

On passe aux desserts de Pierre Chirac, que j’avais connu à la Scène Thélème avant qu’il ne devienne second de François Daubinet chez Fauchon. Et cette crème brûlée restera un grand souvenir. Le parti pris étonnant des desserts est de jouer sur des connotations très bistrotières tout en trouvant une tournure chic. C’est très intense en vanille, très soyeux, avec une glace délicieuse à côté, je me souvenais encore du talent glacier du bonhomme. Pas hyper facile de prendre en photo ces desserts qui jouent sur des dressages peu en volume, m’enfin c’était beau et bon.

Un palet de chocolat très fin et pourtant complexe, avec une glace très fine au milieu. Si je ne suis pas très desserts ultra-chocolatés, j’aime beaucoup l’assaisonnement apporté par une huile d’olive maturée.

Une belle expérience, avec des prix qui montent (puisque la cheffe avait deux étoiles auparavant). 75e pour le menu midi en 3 plats.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *