Déjeuner chic et choc à la Scène Thélème

Premier post de blog tout en chic, dans ce restaurant tout jeune et déjà étoilé qui vit le soir au rythme des pièces de théâtre de la micro-salle attenante du même nom, en plein XVIIe parisien. En cuisine, l’excellent Pierre Rigothier, qui nous a déjà régalés par le passé à la table du très charmant petit hôtel Burgundy, tient une partition impeccable.

Velouté de choux fleurs, gnocchis, haddock, caviar

Une entrée qui en jette grave avec sa jolie dentelle (faite de quoi ? J’ai oublié, soyons franc) et ses quenelles de caviar grand luxe. Si caviar et haddock semblent peut-être un peu trop jouer sur le même tableau salin, la réussite est indéniable, les gnocchis moelleux, presque mousseux, le velouté crémeux à souhait et le shoot d’iode bien corsé.

Saint-jacques d’Ecosse, arancini, sésame

Iode toujours avec les saint-jacques, impeccablement saisies, coiffées de tuiles de riz et de sésame. Les arancini (mais si vous savez, ces restes de risotto que l’on frit en boule) sont noirs comme l’ébène grâce à l’encre de sèche et diablement crousti-fondants. Il y aussi un peu de mouron des oiseaux pour la couleur, mais on retient surtout ce condiment de citron surpuissant qui balance le tout à merveille.

Pomme fondante, glace au coing, crémeux sarrasin, gavotte

La grande révélation du déjeuner c’est le jeune pâtissier Pierre Chirac, ancien second de François Daubinet au Taillevent. Des desserts d’une grande précision qui évitent de se perdre dans trop d’extravagance. La pomme fondante est à ce titre une simili-tatin exquise et la glace au coing une révélation. Toutes les glaces du chef sont d’ailleurs impressionnantes, il faudra que quelqu’un songe à les commercialiser. Il y avait aussi un dessert vanille coiffé d’un sorbet à la poire fou-fou-fou (mais vous n’en verrez pas la photo, ne me demandez pas pourquoi).

Le dessert à la noisette, streusel cacao, ganache gianduja, glace noisette au bois.

Ce champ de bataille organisé a déclenché un petit orgasme chez le grand amateur de noisette que je suis. D’ailleurs c’était notre quatrième dessert du repas et ça ne m’a même pas paru indécent.

En face de la Scène Thélème se situe l’annexe La Loge Thélème, esprit snacking chic et salon de thé, avec les mêmes chefs à la baguette. On goûte ainsi cette tarte citron au look très fun et au résultat très convaincant. Sablé citron, crémeux citron, gel citron, cercle de chocolat, petites meringues et caché sous ces jolies pointes dodues un biscuit citronné qui parachève une déclinaison de l’agrume impeccable.

Le petit gâteau qui décline lui pour sa part la vanille, avec une mousse que l’on avait retrouvée plus tôt dans le dessert vanille poire (mais si souvenez-vous, celui que vous n’avez pas eu le droit de voir). Un repas impeccable avec un chef confirmé et un futur très grand de la pâtisserie, qui fait oublier un cadre qui manque franchement de charme, façon quartier d’affaire basic. Nul doute que l’étoile permettra de corriger cela. Les prix volent quant à eux assez haut, mais le niveau de cuisine les justifie.

18 rue Troyon, 75017 Paris.
Menu déjeuner entrée, plat, dessert à 49 euros.

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *