Farandole de jolis dumplings chez 21G Dumpling

Je dois vous confier un petit traumatisme peu glamour avec les dumplings (asiatiques). Une combinaison, maladie + dumplings choux et porc peu délicats m’a rendu un peu frileux sur le sujet, alors que j’adore ça, un étrange et irrationnel écoeurement revient vite. Chez 21G Dumpling, joli lieu lumineux (qui a trouvé quelques chouettes détails dont je vous laisse la surprise en décoration de table), je me suis réconcilié avec le genre.

D’abord, si je peux difficilement juger de l’authenticité traditionnelle de ce qui est servi (le lieu semble prendre quelques libertés tout en connaissant ses classiques), je dois avouer que côté présentation il y a de jolis efforts. En préambule, ces raviolis grillés au poulet avec une tuile au satay. J’apprécierai tout au long du repas des farces pas trop entêtantes, des parfums plutôt délicats. C’est très légèrement grillé, mais savoureux et techniquement précis.

D’ailleurs le pak choi a été fait avec soin aussi, bien croquant, assaisonné avec un peu d’ail et de soja, il est très addictif.

Les xiao long bao, fameuses petites bourses garnies de farce ET de bouillon. S’en suit un petit cérémonial, on en met un délicatement dans une cuillère creuse, on le perce pour que le bouillon s’échappe et refroidisse un peu et on peut tout avaler d’un coup sans se brûler. La farce, crevette, eau de coco et citronnelle est très réussie, parfumée avec justesse, on sent de vrais morceaux de crevette – rien de pire qu’une farce de crevette hachée trop finement.

J’ai beaucoup aimé aussi ces cong you bing, des crêpes chinoises à la ciboule, tour à tour grillée ou gentiment caoutchouteuse, qu’on trempe dans une sauce collante et légèrement sucrée. C’est ludique, enfantin et savoureux.

Ensuite une de mes passions personnelles, le bao à la poitrine de porc. Plutôt discret en terme d’assaisonnement, j’adore l’alternance du gras et du grillé dans le chair de la viande.

A noter que l’endroit fait preuve de zèle et de fun sur les desserts. J’ai un grand souvenir de celui-ci, très TRES cochon. Une gaufre hong-kongaise (c’est un moule spécifique) accompagnée d’une trinité formidable : gianduja, caramel au beurre salé ET chantilly. C’est très généreux, voire formidablement too much, j’adore.

Ma camarade du jour a prix une crème brûlée au sésame noir. C’est moins instafriendly, forcément, mais c’est aussi servi en portion généreuse. La crème n’est pas tout à fait lisse mais le dessus bien craquant.

Les prix grimpent un peu, justifiés par un travail très élégant et raffiné. Entre 9 et 13 euros pour les portions de dumplings, 6 euros pour le pak choi, 6 ou 7 pour les desserts (raisonnable). Une chouette adresse et je me permets de vous rajouter un dernier conseil. ALLEZ AUX TOILETTES. Sur le chemin, vous croiserez les petites mains qui étalent ou façonnent la pâte, toujours impeccablement fine. (promis elles ne façonnent pas DANS les toilettes).

167 rue du Faubourg Saint-Antoine, Paris 11.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *