Festin grec de haute volée chez Etsi

Etsi c’est un joli mélange que l’on doit à Mikaela Liaroutsos, jeune chef qui possède la double nationalité (France/Grèce). Au menu, une bistronomie bien dans l’air du temps à fort accent grec dans les produits et les inspirations. La carte fonctionne autour de petites assiettes (tapas, n’oserons-nous pas dire) à partager et ce jour-là, le festin fut grandiose.

Il y a une carte, avec des assiettes qui ne bougent pas (ou s’adaptent juste légèrement aux saisons) et une ardoise du moment avec d’autres inspirations de la chef. Dont ces petits beignets de courgettes (j’ai oublié leur nom officiel) assez délirants, accompagnés d’un condiment de tomates puissant. C’est à la fois très croustillant, gourmand et presque évanescent. De la grande friture.

Toutes les assiettes sont recouvertes d’herbes et de graines diverses; Alors forcément on ne sait pas toujours instantanément ce qui arrive, mais ça donne beaucoup de chaleur à ces petits plats sexy.  Ici c’était des boulettes d’agneau avec une purée d’aubergine qui dégage un petit goût fumé et des pignons partout. Toutes ces assiettes sont vraiment pleines de vie et on s’éclate.

Le poulpe, une de mes passions. Il aurait pu être légèrement moins ferme, mais il dégage un bon goût de grillé et l’accompagnement, purée de fève et câpres, est parfait.

De gros morceaux de saucisse fumée franchement délicieuse, un yaourt au tahini rond et frais à la fois, des petits pois, de la grenade, des herbes, bref, le paradis.

Oui il commençait à faire nuit (nous étions en terrasse, il faisait encore chaud à l’époque), donc la lumière est ignoble. Mais j’ai mangé un baklava dinguissime, avec ses gros morceaux de fruits confits et un yaourt au miel et à la fleur d’oranger. En écrivant ça, là, tout de suite, J’EN VEUX.

C’est dans l’air du temps (et ça se prête bien à la formule petite assiettes), le lieu fait aussi des cocktails et celui-ci m’a enchanté, le Med’ (liqueur de mastic, basilic, eau gazeuse, bitter). Bref un vrai coup de coeur pour l’endroit, le genre de lieu qui te met la tête en vacances alors que ton corps est à bout.

Entre 7 et 12 euros l’assiette.
23 rue Eugène Carrière, Paris 18.

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *