Fu Castella, délicieux gâteaux aériens entre Portugal et Japon

Le Castella a une histoire singulière. Un gâteau originaire du Portugal, popularisé au Japon, où il a été ramené par les missionnaires portugais (probablement au XIVe siècle). Il ressemble un peu à ces cheesecakes asiatiques qui font fureur sur Instagram parce qu’ils tremblotent avec sensualité. Mais ce n’est pas la même chose, c’est une sorte de génoise, très légère et très épaisse, déclinée en parfums légers.

En plein 13e arrondissement, un petit salon de the asiatique vient d’ouvrir et lui est dédié. Chez Fu Castella, les gâteaux sortent par plaques énormes de 100 portions (d’ailleurs le rituel est très fun à observer). Tout est soigneusement découpé à la règle, avant que le sceau de la boutique ne soit apposé. Ici c’est une grosse part de la version durian (que je vous déconseille, ce fruit asiatique est diaboliquement puant, m’enfin certains apprécient).

Il y a une très sympathique offre tea time à partager, servie entre 15 et 18h pour seulement 16 euros. On y trouve cinq parfums de castellas différents et quelques petits toppings, crème anglaise, crème à la passion, fruits secs, fruits frais.

Du coup on compose un peu comme on veut. Côté parfums, il y a du sucré et du sucré-salé (puis que le gâteau en lui-même est de toute façon légèrement sucré). Pour les premiers : chocolat, durian, nature, café/noix, thé matcha/haricots rouges. Côté salé, sésame/fromage, viande séchée/fromage ou double fromage.

Le moelleux est impressionnant, c’est léger, pas sec du tout, les parfums sont très délicats, discrets, mais cela participe au côté câlin de cette gourmandise. Figurez-vous que cela fonctionne très bien en salé, j’ai adoré celui à la viande séchée et au cheddar (au dessus à droite), qui me rappelle les brioches au porc séché que je mange parfois dans mon quartier (Arts & Métiers est le plus vieux quartier chinois de Paris, même s’il est tout petit).

En sucré, j’ai beaucoup aimé celui au charbon végétal coiffé de chantilly, ou celui au matcha et haricot rouge. Ce n’est peut-être pas une gourmandise qui plaira à tous, notamment à ceux qui n’apprécient pas les saveurs diffuses et ne veulent que du rentre dedans. Moi j’ai trouvé ça vraiment chouette, différent, à prix très raisonnables. Pour le tea time, je me suis fait un petit thé glacé au litchi tout à fait correct.

Les grands castellas (comme celui de la première photo), valent entre 10 et 14 euros, les petits entre 3 et 4 euros, ce qui n’est pas très cher mais assez pour rendre la formule tea time vraiment avantageuse. Une expérience inédite et amusante que je conseille.

113 Boulevard de l’hôpital, Paris 13. 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *