Gat’Ô, repère sucré incontournable à Strasbourg

Lors de mon trop bref passage à Strasbourg, j’ai eu l’occasion de passer par la boutique de Sarah Abitan, Gat’Ô, qui détonne dans une ville où les boutiques ont souvent l’air un peu vieillottes (même s’il y a quelques excellents pâtissiers comme Thierry Mulhaupt). Une petite boutique blanche, sobre et élégante, avec une ouverture directe entre le labo et la salle principale qui offre une proximité plaisante.

Gat’Ô c’est avant tout le parcours un peu particulier de Sarah. D’abord parce qu’elle ne se destinait pas à la pâtisserie et qu’elle en a semble-t-il un peu bavé pour se reconvertir. Peinant à trouver des maisons pour son apprentissage, elle a fini par apprendre dans son coin et proposer d’abord ses pâtisseries à la commande, avant d’ouvrir sa boutique il y a moins de deux ans. Particulier aussi parce que Sarah est intolérante au lactose et que donc tous ses produits sont faits pour ceux qui sont comme elle. Un sacré défi dans la pâtisserie. On commence avec cette jolie tarte aux framboises, lovées sur une crème à la pistache. Des crèmes sans lactose donc, qui ont toutes pour point commun une légèreté étonnante. Certains trouveront peut-être même que cela manque un peu de gourmandise, je ne suis pas d’accord. Notamment parce que les fonds de tartes, assez épais, en sont pétris, de gourmandise. Franchement, c’est très bon.

Autre tarte très réussi, celle aux agrumes avec une crème légèrement parfumée à la verveine, c’est délicat mais bien présent. A nouveau, c’est absolument délicieux. Comme presque toute la gamme, c’est finalement très simple et direct (elle m’a expliqué avoir simplifié la gamme et son look ces derniers mois, notamment pour atteindre une constance parfaite dans la qualité et le goût). Tout en fraicheur.

Un joli fraisier avec plein de textures. La coque de chocolat blanc pourrait sembler trop sucrée, mais comme le reste est très bien équilibré ça fonctionne à merveille. Et les fruits sont bien choisis, ce qui n’est pas une mince affaire.

Sarah va m’engueuler, mais celui-là je n’ai pas pu le goûter, quelqu’un me l’a chipé à peine le dos tourné.

Un millefeuille de très bonne facture, avec un feuilletage excellent. Je pensais que la crème un peu plus légère qu’habituellement aurait du mal à contrebalancer le feuilletage, mais finalement je l’ai englouti en une seconde.

Alsace oblige, une tarte à la rhubarbe meringuée. J’adore la rhubarbe, je suis ravi, le confit est délicieux. Il y a débat sur la meringue, moi je suis contre, mais apparemment ça fait rêver le peuple. (Sarah est contre aussi, alors merde, rangez-vous du côté du Bien).

Enfin la tarte au citron, acide mais sans excès, raisonnable en meringue, ce qui n’est pas pour me déplaire. Une belle rencontre, avec une pâtissière à la personnalité foudroyante, sympathique et pile électrique.

55, avenue des Vosges, Strasbourg.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *