Goûter qui tue à La Closerie des Lilas

La Closerie des Lilas est une brasserie parisienne classique nichée dans un cadre vert sympathique en plein milieu de Paris. Mais l’atout de l’endroit est ailleurs : La Closerie a dans ses rangs un pâtissier fort talentueux, William Lamagnère.

L’homme est en place depuis un moment et se fait plaisir à la carte : beaucoup de classiques et quelques twists distillés un peu partout pour qu’on ne s’ennuie jamais. Pour preuve ce Paris-Brest et son petit mystère praliné en son coeur. Un excellent Paris-Brest, d’une gourmandise sans nom et plutôt léger (autant que puisse l’être ce gâteau). Vous vous souvenez de ces crèmes au beurre au praliné ultra-figées qui se détachent en bloc ? Pas de ça ici, non m’sieur dames.

Le chef aime bien s’amuser avec les tartes, en inventant des dizaines et des dizaines au fil des saisons. Ici c’est la tarte mojito, une tarte au citron avec de la menthe, duh. J’y retrouve quelque chose que j’aime beaucoup et que je ne vois pas assez, des dés de fruits confits dans la crème d’amande (entre la pâte et le crémeux au citron). Le look du gâteau est fun et la meringue petite, ce qui m’arrange.

On termine avec ce monstre de gourmandise, qui est devenu l’emblème du chef depuis son passage dans l’émission Le Meilleur Pâtissier – Les Professionnels. Une tarte tatin réalisée avec un caramel à l’huile d’olive et cette GIGANTESQUE quenelle de ganache montée au chocolat dulcey (le chocolat blond). J’ai rarement vu quelque chose d’aussi sexy et la petite pointe fruitée de l’huile d’olive est intéressante sans être envahissante. En plus vous pouvez retrouver la recette ici.

A la part c’est sexy aussi.

Les desserts coûtent entre 11 et 15 euros.
171 Boulevard du Montparnasse, Paris 6.

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *