KL Pâtisserie, nouvelle maison, déjà grande

Il y a tellement de nouvelles pâtisseries parisiennes qui ouvrent régulièrement que j’oublie d’en goûter certaines, oui je sais, j’ai honte moi aussi.. Me voilà donc, avec beaucoup de retard, attiré chez KL Pâtisserie, boutique ouverte par Kévin Lacote dans le XVIIe. Un dimanche midi en famille fut l’occasion parfaite de s’y rendre.

Visuellement d’abord, les gâteaux sont dans l’ensemble exceptionnellement beaux, assez sobres, chics mais gourmands. Le framboise piper est une de mes récentes découvertes préférées, notamment pour son biscuit aux amandes moelleux et très intense en goût d’amande, surplombé par une crème à la pistache et au poivre long et ces jolies framboises impeccablement disposées (chapeau pour la découpe en deux de la framboise qui me semble être un exercice infernal et fastidieux, à moins de les congeler).

La tarte karadamia, très élégante, vole elle aussi très haut, sur des notes de caramel et de noix de macadamia (une noix qu’elle est bonne et qu’on la voit pas assez souvent, dites). La petite ceinture de chocolat est fort jolie.

Le Choco Mani, un choix intéressant pour ceux comme moi qui aiment le chocolat, mais sans excès. Le croustillant du dessous est très intéressant, avec sa noix de coco râpée torréfiée et les morceaux de cacahuète. Le reste associe chocolat et coco, cette dernière se sent en légère touche, emportée par le chocolat, mais j’admire la légèreté du dessert.

Une jolie tarte aux fraises, sobre et élégante, avec un petit confit de fraises en plus du fruit frais, qui intensifie le parfum de fraise.

Un chou praliné classique, à la fraicheur exemplaire, j’apprécie que le craquelin (cette petite couche croustillante qu’on pose sur le chou avant sa cuisson pour rendre cette dernière plus uniforme et pour ajouter une touche de croustillant) recouvre toute la hauteur du chou.

On termine avec ce trop mignon saint-honoré fraise vanille; Je me demande ce que sont ces petits toppings croustillants qui coiffent les choux, ne ressemblant pas franchement à un craquelin. Peu importe, c’est bon !

Je suis très impressionné par la qualité générale de tout ce que j’ai goûté : sans fait trop de bruit, Kévin Lacote a crée en peu de temps une gamme impeccable, à la fois chic, sobre, très lisible et pas planplan non plus. ENCORE !

Les pâtisseries individuelles tournent entre 5,50 et 6 euros, ce qui reste totalement justifié.
78 avenue de Villiers, Paris 17.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *