Le Jardin Sucré, nouvelle pâtisserie, Paris 17

Encore une nouvelle pâtisserie dans le 17e arrondissement de Paris, un an après l’ouverture de la fabuleuse KL Pâtisserie. La nouvelle, Le Jardin Sucré, est l’affaire d’un charmant petit couple qui prend un risque en s’installant à Parisd alors que sa première boutique est située dans une ville beaucoup moins dense en concurrents, à Cernay dans le 78.

La boutique met tout de suite dans l’ambiance : jolie, sobre, avec des packagings travaillés mais sans excès. Et les pâtisseries sont du même calibre, assez simples dans leur composition et leur montage, joliment exécutées, sans fioritures. D’ailleurs la carte est courte (6 ou 7 gâteaux je crois) et ce n’est pas un mal, même si certains reprocheront peut-être une forme de classicisme à l’ensemble (pas moi). Ici un chou caramel beurre salé et noix de macadamia, très croustillant (pour un chou, c’est bon signe), léger, avec un caramel plutôt blond comme j’aime.

Un très joli Paris-Brest qui donne envie avec ses bourrelets de crème qui débordent. La légèreté de l’ensemble en enchantera certains, en perturbera d’autres (la crème est très foisonnée, la saveur de praliné est du coup moins intense). Il y a un peu de praliné croustillant, on le voit même sur le côté gauche. Pour moi la crème est un peu être un poil trop légère, elle donne une impression de frais qui contraste avec ce que l’on attend d’un Paris-Brest… Mais c’est tout de même très bien fait et bon.

J’ai oublié de goûter ce truc très joli après l’avoir pris en photo. Du coup vous comprendrez que mon discours sur le sujet est assez vague hein. (c’est au chocolat et à la tonka, je crois).

Je suis reparti avec une petite boite de macarons, qui font la fierté de l’endroit (ils sont champions de France de la chose). Je consomme peu de macarons mais je les ai trouvés très bons dans l’ensemble. En haut , chocolat au lait et passion (inspiré du Mogador de Pierre Hermé). Je n’aime en général pas l’association chocolat/fruits (ou acidité) mais ici ça marche, un classique.  Au milieu le chocolat, que je n’ai pas mangé moi-même. A droite, le macaron caramel, avec le même genre de caramel blond au beurre salé, qui rend la chose sucrée/salée et addictive. En dessous, le macaron vanille, plus dense. Le duo parle beaucoup de la quantité astronomique de vanille qu’il utilise, envers et contre tout (les prix exorbitants et donc sa marge sur le produit) et ça se sent dans le résultat, j’aime beaucoup. En dessous, le macaron framboise et rose est sympathique lui aussi. Je suis simplement un peu déçu par celui de gauche, au yuzu. J’adore quand le parfum du yuzu se mêle à une acidité franche, ici c’est plutôt très doux. Pas grave, le reste de la sélection m’a bien convaincu.

Une jolie boutique, qui fait du classique avec pas mal de talent (et qui source bien ses produits semble-t-il). Une nouvelle proposition qui tient la route dans le quartier !

Pâtisseries individuelles entre 5 et 6 euros.
156 rue de Courcelles, Paris 17.

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *