Les gâteaux de Pierre Marcolini à Bruxelles

En courte visite bruxelloise en pleine période pascale, j’ai croisé tellement de chocolateries au mètre carré que j’ai fini par craquer et m’arrêter chez le plus connu du plat pays, Pierre Marcolini. Si l’on trouve aussi ses chocolats à Paris, il faut me semble-t-il se rendre en Belgique pour découvrir son savoir-faire pâtissier.

Cube gourmand poudré de rouge sur pavé bruxellois crotté. Huile.

On commence avec le petit gâteau de Pâques, le Kawai Easter, un genre de bombe chocolatée pour les amateurs, mais avec assez de douceur pour n’effrayer personne. Biscuit amande au chocolat, crumble au chocolat, caramel, coeur de praliné et une mousse au chocolat franchement aérienne, c’est elle que l’on distingue (vaguement) sous l’épais flocage rouge. Ma crainte avec ces petits entremets c’est la quantité astronomique de mousse par rapport aux biscuits, mais ici ça croustille un max et l’équilibre est bon.

Cet élégant gâteau est la version Marcolini du fameux merveilleux au chocolat : de la meringue, une ganache montée cacaotée et cette coque de chocolat qui protège la partie inférieure. Ca croustille, la meringue est encore légèrement chewy (et tant mieux), rien à dire, c’est du sérieux.

L’éclair vanille se défend bien aussi, élégant avec son glaçage gélifié géométrique (agréablement peu sucré) et ses petits morceaux de guimauve.

On finit sur une note un peu décevante avec cet éclair mont-blanc… soyons francs, à la dégustation une demi-heure après l’achat, nous nous demandions bien ce que pouvait être cet éclair avec ma camarade gourmande du jour. La crème au marron est légère en texture mais aussi trop légère en parfum. Et surtout, le chou est très détrempé, coinçant donc niveau texture. Tant pis pour lui, le reste aura régalé.

Galerie de la Reine 21, 1000 Bruxelles

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *