Lombem, resto de viandes à la française

Les restos de viandes poussent un peu partout dans Paris, c’est un fait. Mais pour beaucoup, ils la jouent plutôt à l’américaine, fumage, cuisson longue et compagnie. Lombem mise lui sur des pièces françaises et des produits français.

On commence en douceur, houmous de betteraves rôties, plutôt bien parfumé, doux, agréable.

En haut, un truc qui devrait être interdit tant c’est cochon, une cocotte de fromage fondu avec sauce chimichurri et croûtons de brioche. Irrésistible. En dessous, plein de pickles et des rillettes de boeuf angus. Tout ça est très chouette et convivial, on se régale !

Voilà les ribs de porc, laqués façon BBQ, avec du chou rouge grillé. Le porc est français, comme le reste des viandes (il me semble), il se détache bien mais n’est pas excessivement gras (un poil plus aurait été tout à fait supportable) et la sauce pas excessivement sucrée. La grosse pièce de chou passé sur le grill ça fonctionne à merveille, c’est à la fois gaillard et pas bourrin.

Seule déception du repas, la pièce de faux-filet maturé. Bon j’ai oublié la photo post découpé, mais c’était un peu cuit, pas d’une tendreté inoubliable. La viande est bien parfumée, mais pas tout à fait aussi exquise qu’elle aurait pu l’être.

Les accompagnements des pièces de viande, bien sympathiques, une tombée de fenouil, un gratin dauphinois et des frites XXL plutôt bien cuites.

On termine avec les desserts, la jarre de mousse au chocolat était quasi-vide en fin de service, mais la voir se balader en salle est un bonheur et elle s’avère plutôt bonne. La tatin était délicieuse avec sa quenelle de crème épaisse légèrement acide et la brioche grillée, fromage blanc et confiture de lait satisfaisante elle aussi !

Un resto très sympathique donc, en plein Passage des Panoramas. Au sous-sol il y a un bar à cocktail caché avec un taureau mécanique qu’il va falloir que j’essaye absolument. Les entrées entre 6 et 9 euros sont raisonnables, 15e les généreux ribs ça se tient aussi, les pièces de viande sont entre 16 (le tartare) et 35 (la côte de boeuf), on a vu plus extrême !

 

One comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *