Mosuke, le restaurant du prometteur Mory Sacko

Si vous avez suivi la dernière saison de Top Chef, vous aimez probablement Mory Sacko, qui était un peu le préféré de tout le monde. J’étais dans le même cas et donc ravi de découvrir enfin son premier restaurant, Mosuke. Un restaurant à la croisée de ses racines africaines et de son amour du Japon, un sacré programme.

(Notez cette rotation tout à fait hasardeuse imposée par WordPress, qui m’interdit d’afficher les vases dans le bon sens. Comme je me vois en futur photographe déco, j’insiste et laisse la photo)

Rendez-vous dans le 14e arrondissement, un lieu tout blanc aux allures de bistrot contemporain. Le service, très sympathique, hésite encore légèrement entre gastro et bistro, mais le restaurant venait alors tout juste d’ouvrir. On se sent bien dans cette atmosphère calme.

Outre (sans photo) une chouette pomme pont-neuf de patate douce avec un ketchup pimenté qui renvoie à la street-food qu’il a pu faire cet été au Palais de Tokyo, voici une première assiette marquante. Du tofu mariné à la mangue et du yuzukosho (un condiment que j’adore); Fruité et relevé, un combo fait pour moi.

Un plat un peu intrigant, un sticky Rice à la japonais, garni d’avocat avec un genre de beurre blanc très addictif. C’est très fusionnant, mais aussi très satisfaisant.

Le homard (grillé au binchotan, le parfum est très prononcé et délicieux) avec des piments végétariens fermentés. Entre les notes grillés puissantes et le côté confit et sucré du piment fermenté, avec en plus du miso et une bisque fumée, on pourrait penser que cette entrée est trop complexe, mais je dois avouer qu’elle fait mouche.

Sole en feuille de bananier, délicate, et surtout cette semoule de manioc (attiéké) à enrober d’une purée de livèche, vraiment délicieuse.

La seule petite déception du jour pour moi, un poulet yassa revu et corrigé que j’ai trouvé un peu sec..

Ceci dit il est servi avec ce nugget qui rattrape le tout, fait avec la cuisse du poulet et un condiment ail noir et citron noir délicieux.

Siphon de lait, crumble de mil et pécan, un pré-dessert plus parfumé et puissant qu’il n’y paraît, qui met bien en jambe pour la suite. La pâtissière Vittoria est passée par le Plaza Athénée.

Un desset autour de l’ananas et de l’hibiscus. Je n’ai pas été plus séduit que ça par cet accord, par contre la feuille de shiso prise en meringue c’est une riche idée.

Cette trilogie autour du chocolat et du Wasabi est une merveille de simplicité et réconfort. Ganache tiède, siphon ou glace Wasabi et grué, les sensations se répondent parfaitement. Je ne les ai pas en photos hélas, mais je souligne un travail de mignardise très intéressant (c’est rare). il y avait un genre de dumpling/mochi qui trempait dans un incroyable sirop de banane fumé et une guimauve terrible !

Très belle première expérience chez Mosuke, dès l’ouverture. Le restaurant est prometteur et j’ai hâte de voir ce que cela va donner d’ici un an ou deux. Les prix sont élevés, 45e pour 3 plats à midi, 80 pour 5.

One comment

  1. Dommage pour votre poulet yassa le mien était cuit pile poil, hâte de voir comment le restaurant va évoluer dans un an ou deux également, Mory Sacko semble promis à un bel avenir.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *