Nola, jolie découverte cajun à Paris

Je vous avais déjà parlé de Two Stories (ici), double lieu ouvert par Rachel la reine du cheesecake, autour de la cuisine cajun du Sud des USA. Après Poboy Café, le comptoir street-porn-food du rez-de-chaussée, j’ai enfin pu tester Nola, à l’étage, le bistro plus moderne.

Et si j’étais légèrement éméché en arrivant (après quelques cocktails bus à quelques mètres d’une ancienne Miss France dans un tout autre endroit, gros prestige !), ma bonne impression sur l’endroit est liée à la cuisine, je le jure ! On commence avec le crabe en deux façon, un crab cake (plus américain tu meurs) et une petite salade de crabe avec des betteraves encore croquantes.  La croquette est croustillante et j’apprécie beaucoup le vrai kick pimenté. Ici on ne dilue pas trop la cuisine sudiste pour les petits palais français fragiles et ça me plaît bien.

Mon plat arrive en deux services, cette cassolette de chevreuil à la sauce piquante est bien moelleuse, genre cuisson longue, avec une sauce légèrement nappante. En dessous c’est le dirty rice aux champignons, une autre tradition issue des populations créoles (si je ne me trompe pas), où le riz est « sali » en cuisant avec tout un tas de trucs. Ici le parfum de sous-bois est puissant, quelques airelles réveillent avec leur acidité, c’est réconfortant, parfumé, vraiment délicieux.

En dessert, un de mes pêchés mignons, le breadpudding, réalisé traditionnellement avec des restes de pain réhydratés, c’est le pain perdu de là-bas. Ici il est moelleux, humide, presque collant, mais garde encore une certaine mâche. Avec la vanille (en glace et en crème anglaise) et le caramel, on obtient un monstre de gourmandise.

Je n’ai plus leur composition (n’y voyez aucun lien avec ma confession de début d’article), mais les cocktails m’ont aussi plutôt plu. C’est un endroit plein de charme, vivant, qui cherche à faire connaître une cuisine inconnu aux palais français en trouvant le bon équilibre entre « adaptation » et « tradition ».

Entrées entre 12 et 16 euros.
Plats entre 22 et 32 euros.
Desserts entre 9 et 12 euros.
72, Quai de Jemmapes, Paris 10.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *