Soon Grill, le kif du barbecue coréen

J’avais connu Soon Grill dans le 3e, pas loin de chez moi, un resto coréen plutôt chic (loin de la cantoche à bibimbap du coin) avec un focus sur le barbecue. Le chef Sunghak Han a remis le couvert près des Champs, avec un grand lieu très « quartier d’affaire », pas forcément chaleureux, mais pas générique non plus.

On commence par un chouette cocktail à la prune et une infusion gingembre et miel régénérante. Une étrange structure couleur étain serpente joliment au-dessus de nos têtes.

Dans la carte de 362 pages, je repère très vite le pajeon, galette aux fruits de mer et à la ciboule. Je la connais déjà et je ne pourrais absolument m’en passer tant j’adore ça. Les prix ne sont pas donnés (16e), mais elle est vraiment généreuse et se partage bien. En-dessous, le tartare coréen est super bien assaisonné et délicieux aussi.

Ma caramade et moi sommes partants pour le barbecue, la bête trône au milieu de la table, il serait dommage de passer à côté. On nous amène d’abord les banchan, petits accompagnement incontournables, kimchi, racine de lotus, salade de concombre, tout est très bon et je craque pour la sauce rouge que vous voyez en bas, quelque part entre la pâte de miso, la pâte de piment et un côté légèrement sucré. J’ai essayé de la reproduire chez moi, c’est pas ça, mais c’est pas si mal non plus.

Parmi les viandes les moins onéreuses, la poitrine de porc fermier arrive en jolies tranches épaisses avec quelques légumes. On met sur le grill, on a une pince pour saisir, des ciseaux pour détailler les légumes et la viande.

On se régale complètement. Ma seule petite frustration ? On est un peu trop « guidés », j’ai envie de cuire moi même, découper moi même, etc. Le client perdu sera content, moi j’avais envie de prendre les rennes !

Rebelote avec le très traditionnel boeuf bulgogi, toujours très plaisant. La quantité de sauce fait que la viande ne grille pas vraiment, mais c’est très bon.

Détail important, il y a une cheffe pâtissière (dont je n’ai hélas pas le nom) et elle fait de l’excellent boulot ! Des desserts originaux et délicats. En bas, glace au riz, crumble de céréales, mousse poire. Au-dessus le Guleum, un parfait glacé aux céréales avec un confit de haricots rouges, un granité au lait et des genres de morceaux de mochi. D’ailleurs je vous en parlerai dans le numéro d’hiver de Fou de Cuisine.

Une super expérience, qui se plie aux tarifs du quartier. Ceci dit, on peut avoir une belle expérience en étant malin, sans trop se lâcher niveau sous. 19e le bibimbap ou 22e pour les viandes que nous avions choisies, les moins chères du menu (il me semble).

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *