Tea Time au Ritz, le raffinement dans la simplicité

Il y a quelques semaines déjà, j’ai enfin eu la chance d’aller profiter du tea time du Ritz. Un grand moment forcément, dans ce palace splendidement rénové qui a eu l’idée de faire appel côté pâtisserie à un très grand, François Perret. Il y a plusieurs tea times, j’ai testé la version française, la marque de fabrique de ce Ritz nouveau, autour des biscuits. Et puis j’ai fait un peu de rab’ après, vous verrez ça.

On commence par le marbré de François Perret, qu’il servait déjà au Shangri-La auparavant, d’un moelleux incroyable, avec un fin glaçage de chocolat puissant, un cake de fou qui m’a fait aimer le marbré. Et servi sur une glace à la vanille d’une intensité épatante.

voilà la bête, ici pas de salé, que des biscuits, beaucoup de choses « oubliées » remises au goût du jour. Au milieu devant, deux guimauves entourées de sablés en forme d’oeuf et de lapin, ludique et délicieuse idée pour Pâques. En bas à gauche, la petite déception, des bandes de pâte feuilletée surmontées de meringue, un peu pouf pouf comme dirait je ne sais plus qui (ça vous aide, hein ?). Le reste est délicieux, ludique, simple mais raffiné. Avec mes pref’ ci-dessous.

Une tarte au sucre, c’est tout bête, mais en fait c’est parfait. Et même pas trop sucré, juste craquant, moelleux et fondant, à peine collant, délicieusement addictif.

Le meilleur truc du monde, une tarte aux pommes feuilletée (enfin j’imagine que c’est une pâte levée feuilletée ?). La pâte est indécente de légèreté et de gourmandise (deux qualités qui ne vont pas souvent ensemble) et la compotée délicieuse. C’est bête comme chou, mais quelle tuerie.

J’ai prolongé le plaisir en choisissant des gâteaux de l’autre tea time, avec de vrais pâtisseries. Ici un cheesecake au pomelos, peut-être le meilleur cheesecake de ma vie, léger mais pas trop (le cheesecaka ça n’est pas une mousse super aérienne), ni trop dense, avec le désucrage de la saveur du pamplemousse, qui pour moi est le fruit parfait de la pâtisserie. Et il est joli non ?

La madeleine en trompe l’oeil, dessert star du chef, très impressionnante et généreuse (les portions sont dans l’ensemble très généreuses). Il faut aimer les miels fort, le miel de châtaignier est le parfum principal du dessert. Et je dois avouer que c’est un peu puissant pour moi, ce qui n’enlève rien à la prouesse de ce gâteau (et au fait que tout le monde l’adore, donc je me range à l’avis de la masse).

Une belle expérience, très différente des tea times de la capitale, avec de la recherche, de la simplicité et des petites trouvailles inoubliables.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *