Un double étoilé savoyard livre des plats en bocaux à Paris… Mouais !

Il y a quelques semaines je suis tombé, pas loin de mon bureau, sur cette nouvelle petite échoppe toute neuve et fort énigmatique, Itsi Bitsi. Le principe : des plats cuisinés par le deux étoiles savoyard Michaël Arnoult, servis dans des bocaux à manger sur place ou à emporter.

Je pose quelques questions à la jeune femme qui tient l’endroit et j’en ressors franchement confus. Ce ne sont pas des recettes conçues par un chef prestigieux puis cuisinés ici. La cuisine est faite en Savoie et les bocaux sont livrés quotidiennement à Paris. D’un point de vue écologique, je suis plus que sceptique, d’autant que les bocaux sont splendides et massifs. Au-delà de l’aspect écologique, le modèle économique me provoque un « hum » fort à propos. Le coût du transport, et le coût d’un contenant pareil… et l’on ne m’a jamais fait mention d’une consigne permettant de rendre les bocaux pour récupérer des sous. D’ailleurs, je les ai gardés pour en faire des tupperwares de prestige.

Je suis quand même là pour goûter, alors je me jette sur les crozets au jambon, un petit kif nostalgique qui rappelle les repas de ski (qui constituaient de loin la partie la plus intéressante de mes vacances au « sport » d’hiver). Est-ce que c’est mauvais ? Certainement pas, mais je suis tout de même bien déçu. Au lieu du jambon j’aurais aimé du lard (il y en a un tout petit peu mais c’est négligeable). Au lieu de l’emmental j’aurais aimé du comté, bref des ingrédients plus généreux en goût.

Je termine sur cette crème surmontant une compotée de framboise. La compotée est plutôt bonne, pas trop sucrée. La tenancière de l’endroit vente le procédé de fabrication de la crème, « montée lentement pendant 45 minutes ». Elle n’est pas mauvaise, sorte de crème diplomate (mélange de crème pâtissière gélifiée et de crème fouettée) en un peu plus foisonnée, de là à passer 3/4 d’heure dessus… Ca manque aussi de générosité sur la vanille. Et surtout ce dessert manque cruellement de texture. Je me dis que c’est un énième souci lié au concept même de l’endroit, avec ce transport en bocal, tout biscuit finirait probablement détrempé.

Je sors de ce repas franchement décontenancé… et sans envie particulière d’y refaire un tour.

57, rue notre dame de nazareth, Paris 3.
Il existe un menu autour de 12 euros, entrée + plat, mais ça monte vite quand on sort des bocaux du jour.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *