Wynwood, street-food de Miami et gâteaux gourmands

Une jeune femme en reconversion professionnelle qui ouvre une cantine street-food « inspiration Miami » dans le troisième arrondissement de Paris, le pitch m’avait semblé suspicieux chez Wynwood (je suis du genre méfiant et ça faisait un peu branchouille), mais les photos de ce qui sortait des cuisines m’avaient convaincu par leur allure généreuse.

En entrant, on est assailli par ce même sentiment de générosité. D’abord dans l’accueil de Laure, la patronne, puis dans la déco très fun et un peu cliché Miami Vice (néons, couleurs flashy et une amusante fresque léopard au mur qui réserve une surprise sous le flash des smartphones). Dans l’assiette, tout est très frais, fait maison (y compris les tortillas des tacos) et déborde des assiettes. Au-dessus, le havana bowl, rempli à ras bord, avec plein de garnitures sur un fond de riz à l’espagnole. Chips maison, avocat, patates douces fondantes, épinards, etc. La version généreuse et idéale de ce que l’on voit pousser un peu partout dans Paris en ce moment.  Avec aussi pas mal de choses de saison, qui font bouger ce bowl au fil des mois.

Les tacos du moment, l’un est à l’ananas grillé, l’autre au pulled pork (j’adore ça et ils le font aussi maison ici bien sûr), ça croque, ça croustille, ça fond aussi, on sent ici et là un peu d’acidité dans l’assaisonnement, de grillé, etc. Ca pourrait être un peu plus relevé, mais c’est du solide.

Le mastodonte sandwich miami vice au poulet frit. Le pain croustille mais sait aussi se faire moelleux, la sauce au piment chipotle relève délicatement l’affaire.

Côté desserts, on fait aussi dans le ricain, avec des grands classiques exécutés avec juste ce qu’il faut de finesse pour équilibrer leur extrême gourmandise. Le carrot cake est ultra-moelleux, humide, comme je les aime, et plutôt raisonnablement épicé.

Ca c’est le blondie. Je n’ai jamais bien compris le concept du blondie (un brownie sans chocolat ? ah) mais celui-ci m’a attiré par son coeur volontairement sous-cuit. On a beaucoup mangé et pourtant je ne suis pas écoeuré, les morceaux de fruits secs donnent du croquant, le caramel est réussi, je fonds.

Wynwood réussit à renouveler le plaisir de tout un tas de classiques américains que l’on a déjà beaucoup vus, ce qui n’est pas une mince affaire. Les prix sont eux plutôt raisonnables pour les portions servies !

61 rue Charlot, Paris 3.
Menu plat + eau aromatisée ou café à 12 euros.

One comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *