Zebra, la néo-brasserie du 16e

La vie est un éternel recommencement dans le milieu de la bouffe aussi et ces temps-ci, nos bonnes vieilles brasseries sont à la mode (le prochain numéro du magazine Fou de Cuisine leur sera d’ailleurs consacré, ça arrive bientôt). Quand les serial entrepreneurs Alexandre Giesbert et Julien Ross modernisent le vieux Zebra Square, au fin fond du 16e (près de la Maison de la Radio), il y a donc de quoi être curieux !

La carte aligne des classiques de brasseries, retranscrits sans les trahir, en les dépoussiérant simplement légèrement pour les faire coller à l’époque. J’ai une passion pour les couteaux, je me jette sur ceux-ci, ils sont accompagnés d’un beurre d’herbes et de quelques pignons. Une association évidente et tout à fait réussie, ils sont cuits à merveille et donc pas du tout caoutchouteux.

Mon agneau, joliment cuit lui aussi, servi avec jus au thym au gras bien proportionné. La viande est très savoureuse et accompagnée dans un autre bol d’une caponata, mais si vous savez ce genre de ratatouille sicilienne acidulée (avec des câpres). C’est simple, très bon, bien cuisiné, on se régale sans chercher midi à 14h.

En face, les petits farcis de ma Sudiste préférée ont une bonne gueule, mais sont peut-être le petit bémol de la journée, avec une farce un rien timide.

On termine avec un gourmand et généreux millefeuilles au praliné servi couché. Le feuilletage est bon, la crème aussi, le praliné n’est pas intense mais présent et il est relevé par le petit shot de praliné que l’on voit en bas à gauche.

Une affaire sérieuse qui roule déjà, avec une grande terrasse (l’intérieur est très grand également et fort joli). A noter que ce sont de vrais horaires de brasserie (dès tôt le matin), qu’on y remet même au goût du jour le semainier (moules marinières le mercredi, saucisse purée le jeudi, etc.). Entrée 15 euros, plat 28, dessert 11.

3 place Clément Ader, Paris 16.

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *